Le pic d'Arriel - 2824 m
Le shéma de la randonnée
Randonnée réalisée début septembre 2007, sur deux jours, par la voie normale du Col de Sobe, avec retour par le sommet du petit Arriel.
Remarque : cette ascension est tout à fait faisable sur une seule journée

Difficultés
On accède au pic par une vingtaine de minutes d'escalade facile (F/F+, le rocher est généralement bon) mais assez raide, et qui peu impressionner par endroits, notamment un très court passage aérien juste avant le sommet.
Le retour par le petit Arriel oppose, au départ du pic, quelques pentes raides d'herbe et de terre, parfois fuyantes, où l'on restera vigilant.

Informations générales
Départ : Parking du Caillou de Soques (1400 m), en vallée d' Ossau
Etape : Nous avons planté la tente au lac d'Arrious (2285 m)
Matériel : Pas de matériel particulier en l'absence de neige
Cartes IGN Top 25 1647 OT "Balaïtous-Vignemale"
Horaire : 2h30 du parking au lac, arrêts compris.
2h10 du lac au sommet, arrêts compris.
Dénivellation : Environ 900 m le 1er jour, 700 m le 2ème.

Accès routier au Caillou de Soques
On traverse Larruns pour prendre la route du col du Pourtalet. On traverse ensuite les villages des Eaux chaudes puis de Gabas, puis on passe le barrage et le lac de Fabrèges (on découvre la petite station d'Artouste, sur la rive opposée). On poursuit pendant environ 5 km en direction du col avant de trouver le parking du Caillou de Soques.
Un pont enjambe le torrent ; on peut se garer à côté ou juste après avant le virage.

Du Caillou de Socques (1400 m) au lac d'Arrious (2285 m) - 2h20 (arrêts compris)
Du Caillou de Socques (1400m - parking), on revient au pont pour prendre, juste avant le torrent, le bon sentier qui rejoint presque immédiatement la forêt. Un peu raide au départ, il s'adoucit après quelques minutes avant de sortir du couvert des arbres (20 minutes), au niveau d'une passerelle sur laquelle on franchit le ruisseau d'Arrious.
Le sentier prend ensuite l'axe de la vallée d'Arrious, un peu en contrehaut du torrent. De la cabane d'Arrious, vers 1740m, il ne reste rien, et il faut arriver à la quèbe d'Arrious, vers 1860 m (altimètre), pour trouver, adossée à un énorme rocher (abris possible), une cabane flambant neuve mais fermée à clé ! (1h05, arrêts compris).

768 x 576 (208 K)

768 x 576 (216 K)
Le chemin franchit ensuite un ressaut et débouche dans une petite cuvette, à l'entrée de laquelle des cairns signalent, sur la droite, le raccourci vers le col de Sobe et l'Arriel (pour ceux qui font la course dans la journée).
On arrive juste après à une seconde cuvette un peu plus vaste, barrée par un nouveau ressaut que l'on surmonte pour découvrir un autre replat dominé par le col d'Arrious, que l'on atteint sans problème après 2h15 de marche, arrêts compris.
Le chemin du lac d'Arrious part sur la droite, mais on pourra d'abord avancer de quelques dizaines de mètres vers l'Est pour découvrir la vallée et le lac d'Artouste.

768 x 576 (190 K)

1024 x 484 (190 K)
On délaisse le sentier qui descend au N.E. vers Artouste pour revenir au S.E. sur le sentier du lac d'Arrious, que l'on atteint en quelques minutes et que l'on découvre de manière surprenante, les yeux pratiquement au niveau des eaux.

1024 x 477 (178 K)

576 x 768 (132 K)
Du déversoir, un chemin part à gauche pour franchir immédiatement une petite croupe au bord du lac : il rejoint les lacs et le refuge d'Arrémoulit par le fameux passage d'Orteig.
Une sente moins marquée file à droite, montant sur la croupe opposée et suivant la rive du lac une dizaine de mètres en contrehaut : c'est le chemin du col de Sobe et de l'Arriel, que nous prendrons demain. On le suit néanmoins jusqu'à arriver au tiers du lac, à l'endroit où il oblique à l'Ouest, car c'est là que nous trouverons des plateformes herbeuses où planter la tente (il y a aussi des murets de bivouac).

Comme nous avons du temps avant le coucher du Soleil, nous laissons la tente pour aller à la découverte du passage d'Orteig et les lacs d'Arrémoulit.


768 x 586 (62 K)

768 x 576 (116 K)

Du lac d'Arrious (2285 m) au sommet (2824 m) - 2h10
Du déversoir du lac, on suit donc la sente qui longe d'abord le lac à droite, légèrement en contrehaut, avant d'obliquer (cairns) à l'Ouest pour passer une croupe herbeuse (d'où l'on retrouve la vue sur l'Ossau). Cette croupe passée, le sentier retourne à gauche progressivement (S.O.), contournant ainsi la crête qui descend du petit Arriel. Le sentier descend un peu avant de remonter et de filer au Sud vers le col de Sobe dans un terrain parfois assez tourmenté, où nous surprenons un isard solitaire.

768 x 576 (211 K)
On rejoint, en 35 à 40 minutes au niveau d'une cuvette d'éboulis, le chemin aperçu la veille et montant directement de la vallée d'Arrious. Nous arrivons, en 45 minutes au col de Sobe, ouverture insignifiante où seule une marque sur un rocher symbolise la frontière.
Délaissant les petits cairns qui montent tout de suite à gauche, nous avançons d'une centaine de mètres supplémentaires pour arriver au "vrai" col, et profiter de la très jolie vue sur la vallée d'Aguas liampas et la sierra de Partacua.

768 x 576 (105 K)

768 x 576 (118 K)
Passé le col, on oblique à l'Est, suivant sente et cairns dans un terrain toujours assez tourmenté, en direction du col d'Arriel, maintenant bien visible en face de nous, séparant l'Arriel à droite, du petit Arriel à gauche. Traversant des zones d'éboulis sous les escarpements du petit Arriel, on atteint le col en 35 minutes depuis le col de Sobe.

768 x 539 (134 K)

576 x 768 (141 K)

576 x 768 (168 K)
Vue du col, la pente terminale paraît plutôt rébarbative. On commence par monter vers le Sud dans un vaste pierrier, en petits lacets raides et serrés de terre, de cailloutis ou d'éboulis.
Après environ 15 minutes, on vient butter contre le ressaut sommital. On range les bâtons, car les mains sont à présent plus utiles pour escalader cette falaise assez raide, où les cairns nombreux et bien visibles trouvent un cheminement.
L'escalade est facile et le rocher plutôt bon, mais la pente peut impressionner.
A l'approche du sommet, la falaise se rétrécit et il faut rejoindre la crête. Il peut sembler plus attirant de rester en contrebas sur le flanc gauche pour rejoindre un couloir accédant directement au sommet, mais le terrain y semble finalement plus fuyant alors que le rocher sur l'arête est bien plus sûr. Il faut seulement y affronter une très courte taillante de 3 ou 4 pas, sorte de muret horizontal qui peut néanmoins impressionner. L'arête s'élagit ensuite pour déboucher au sommet (20 minutes de gymnastique depuis le bas de la falaise).

576 x 768 (243 K)

768 x 576 (200 K)

576 x 768 (197 K)

3578 x 500 (547 K)

Le retour par le petit Arriel
Au retour, le petit muret paraît plus impressionant car il n'est plus à niveau et il faut descendre dessus, mais on peut l'éviter en passant deux mètres en contrebas, à gauche. On revient ensuite, prudemment mais sans difficulté, au col d'Arriel en 0h30.

768 x 576 (210 K)
On remonte alors vers le Nord, par une sente facile, la pente herbeuse qui rejoint le sommet du petit Arriel. Elle vient buter, tout près du sommet, sur une petite barre rocheuse et part à gauche (Ouest), longeant la base des rochers sur quelques mètres, pour y trouver le point faible, 3 mètres sous le sommet, où l'on débouche en 10 minutes depuis le col.

576 x 768 (197 K)

1024 x 571 (256 K)

1024 x 519 (208 K)
Après une pose déjeuner, nous décidons de descendre directement vers le N.O. dans la pente herbeuse, sans repasser par les cols d'Arriel et de Sobe.
Le terrain est raide et parfois fuyant, mélange d'herbe et de terre où la roche émerge par endroits. Aucune difficulté, mais il faut rester prudent.
On descend ainsi en biais vers le N.O. (en direction du lac d'Arrious) pour rejoindre le bord de la crête joignant le sommet au lac. Après une dizaine de minutes, on aperçoit, traversant en contrebas dans les éboulis, la trace venant d'Arrémoulit, et l'on arrive au cairn qui marque le haut du couloir/cheminée permettant de la rejoindre.
Il paraît bien raide, mais nous aurions certainement pu l'emprunter pour revenir directement par le fond du lac d'Arrious.

768 x 576 (233 K)

576 x 768 (261 K)

768 x 576 (212 K)

Itinéraire 768 x 602 (167 K)
Du cairn au bord de la falaise, nous tournons vers l'Ouest. Un ravin peu profond descend en direction du chemin emprunté le matin ; nous le suivons en restant sur son bord gauche. On trouve quelques semblants de traces mais, parvenu au bas du ravin, il faut naviguer à vue en louvoyant globalement vers l'Ouest pour retomber sans problème sur le chemin 30 minutes après avoir quitté le sommet.
15 minutes supplémentaires suffiront à rejoindre le lac d'Arrious.

Une fois nos affaires récupérées et les sacs refaits, il nous faudra 1h40 pour rejoindre le Caillou de Soques


Remarques diverses et conseils éventuels
Les lacs d'Arrémoulit, par le passage d'Orteig :

Jacques Orteig, originaire des Eaux-Bonnes et réputé pour ses qualités d'infatigable marcheur, était guide à la fin du 19ème siècle. C'est lui qui a inauguré ce passage assez vertigineux pour rejoindre Arrémoulit depuis le col d'Arrious, sans avoir à redescendre vers Artouste.

Ayant laissé nos affaires au lac d'Arrious, nous revenons à son déversoir pour prendre le chemin qui part au S.E., monte sur une petite croupe dont on suit un instant le fil rocheux avant de se diriger vers la falaise du pic du lac d'Arrious.


576 x 768 (186 K)
Le sentier, d'abord terreux, emprunte une vire étroite dans la face N.E. du pic. Cette vire se rétrécit et continue à flanc de rochers polis : cette portion du passage est sécurisée par un câble. Le sentier reprend ensuite normalement sa course dans un paysage moutonné et redescend bientôt vers le refuge d'Arrémoulit.

768 x 576 (339 K)

768 x 576 (166 K)
Peu après la sortie du passage, des cairns montent sur la droite vers une croupe axée plus ou moins vers le Sud. Je les ai suivi un moment : ils semblent rejoindre le col entre le pic du lac d'Arrious et le petit Arriel, itinéraire emprunté pour monter à l'Arriel depuis Arrémoulit sans faire de détour par le col de Sobe.