Le pic de Nets - 2428 m - et les crêtes de Cayan
Randonnée réalisée le 24 Août 2005

Il s'agit d'un circuit permettant de parcourir les crêtes qui dominent le plateau de Cayan, séparant le début de la vallée du Marcadau de celle d'Ilhéou.
Elles joignent le col de Porcabarra à celui de la Haougade en passant par plusieurs sommets d'altitude modeste, et culminant au Pic de Nets.


Difficultés
  • Parcours en partie hors sentier : à ne faire que par beau temps.
  • Pentes herbeuses assez raides où il faut rester vigilant. A ne pas faire par temps humide : l'herbe devient très vite glissante.
  • Les crêtes, bien que faciles, sont parfois un peu accidentées et certains passages nécessitent l'aide des mains. Le terrain, de par sa nature (traversées de pentes raides, trace fuyante, végétation compliquant la progression...), requiert une attention constante.
  • Informations générales
    Départ : Parking du Pont d'Espagne (1459 m), en vallée de Cauterets
    tarif 2012 : 5,5€ pour 1 à 12h, 8€ au delà (le tarif pour 1h semble avoir disparu... voir sur le site de Cauterets pour tous les détails).
    Matériel : Des chaussures qui "mordent" ! Un bâton peut être utile
    Carte IGN Top 25 1647 OT "Vignemale"
    Horaire : 9h00 pour la totalité du circuit, arrêts compris.
    Dénivellation : Environ 1170 m (cumulé), pour 14 km environ

    Du Pont d'espagne au col de Porcabarra (2192 m) - 2h00
    Du parking du pont d'Espagne (1459 m), passer sous l'arche du bâtiment des télécabines (inutile de les prendre, elles ne font gagner que cinq minutes...) et suivre la route (fermée aux voitures) ou le sentier (point de vue intéressant sur les gorges qu'enjambe le pont) pour rejoindre l'auberge (1496 m) et, au-delà, le plateau du Clot (1522m - 0h15).
    A hauteur du chalet-refuge, délaisser la passerelle qui franchit le gave, à gauche, et monter à droite dans la pelouse, sous le téléski-école. Le chemin tourne encore à droite en abordant une partie rocheuse, puis revient tout de suite à gauche. Il cesse de monter et l'on découvre le pont de Camou, devant nous à gauche, légèrement en contrebas.

    768 x 576 (167 K)
    Encore quelques mètres, et la forêt qui bordait le chemin à droite s'interrompt : on quitte immédiatement le chemin (0h20) pour remonter la pente herbeuse sur notre droite. A partir de là, l'itinéraire zigzague à l'aplomb du pic de Leytugouse, ne gagnant le col de Porcabarra qu'au dernier moment.

    Itinéraire 768 x 576 (188 K)
    On garde la lisière de la forêt à notre droite, virant nous-même progressivement toujours plus à droite. Après 10 minutes, la pente se fait ravin, où coule un ruisseau. 10 minutes encore, et l'on parvient à l'angle supérieur de la forêt ; un mamelon rocheux nous domine à gauche.

    768 x 576 (124 K)
    On poursuit en direction du col de Porcabarra, bien visible au N.E., dans une pente herbeuse encombrée de fougères (où j'ai vu se faufiler une vipère...). On trouve par endroit des ébauches de traces, qui doivent sans doutes bien plus aux moutons qu'aux randonneurs ! Le ressaut à notre gauche s'abaisse et, après 35 minutes (depuis le chemin), on tourne progressivement à gauche, au Nord, puis N.O. pour le contourner. Des rochers peu élevés nous dominent maintenant à droite.

    768 x 576 (168 K)
    Au dessus de ces rochers court la première "vraie" trace que nous rencontrons. On la suit facilement en direction du col de Porcabarra. Elle se fait plus raide en retournant une nouvelle fois à gauche, à l'approche de l'entonnoir supérieur du ravin de Porcabarra, et se perd progressivement. On revient alors au Nord, pour finir par butter sur les escarpements du pic de Leytugouse (1h25 du chemin).
    On retrouve heureusement une trace plus sage qui repart à droite en traversée, pour passer enfin sous le col de Porcabarra (et au dessus du ravin du même nom). Dépassant le col, elle mène jusqu'à une croupe herbeuse, au niveau d'un bosquet de pins. On fait un lacet pour revenir vers le col, que l'on atteint en quelques minutes

    2h00 au total, depuis le Pont d'Espagne
    En face de nous, au Sud, la vallée de Gaube offre un magnifique spectacle.


    Le parcours des crêtes - 2h30 (arrêt compris)
    Du col de Porcabarra, une sente louvoie sur la crête mi-herbeuse, mi-rocheuse, tantôt à droite ou à gauche, quelques mètres en contrebas, tantôt sur le fil même. On parvient facilement en à peine 0h30 au premier sommet de la journée : le pic de Leytugouse (2326 m).

    1667 x 400 (288 K)

    2250 x 410 (348 K)
    Après une pause, on redescend assez abruptement vers un autre col (2241 m) avant de remonter, dans les rochers et la végétation, en s'aidant souvent des mains, la courte crête assez tourmentée qui mène fastidieusement au petit soum de la Yègue (1h10 - 2295 m)

    Itinéraire 768 x 576 (224 K)
    Une descente facile nous ramène sur un vaste col horizontal (2267 m). La crête conduisant au pic de Nets nous semblant assez accidentée, du moins dans sa première partie, nous choisissons de l'éviter : au bout du col, une sente part horizontalement et traverse à flanc les raides pentes Sud du pic de Nets pendant environ 15 minutes, avant de se redresser en prenant la direction du sommet.
    Elle aboutit sur une sorte de terrasse vallonnée, vaste balcon que nous sommes presque étonnés de trouver là ! Juste devant nous, un petit col sépare deux éminences. Nous rendons d'abord visite à celle de droite (à l'Est), qui culmine à 2404 m (et d'où l'on constate que la seconde partie de la crête Yègues-Nets présente un aspect bien moins sévère). Mais le vrai sommet est à gauche. Nous revenons donc sur la terrasse et partons cette fois à gauche (Ouest) pour contourner les raides éboulis qui descendent du sommet, que nous pouvons maintenant gravir par sa face Ouest, dans des éboulis faciles, pour arriver au pic de Nets, 3ème sommet et point culminant de la randonnée (2h00 - 2428 m)
    Je trouve personnellement qu'on y a une vue magnifique.

    1149 x 400 (186 K)

    2721 x 430 (525 K)
    Nous descendons du pic par où nous y sommes montés pour gagner une petite depression au S.O. (2377 m) et, laissant derrière nous la terrasse, nous descendons de quelques mètres dans un petit vallon, au bout duquel une trace file sur la gauche, dans les pentes Sud-Est soum de la Haougade, évitant le sommet. Mais nous avons préféré rejoindre la crête facile à droite et arriver au dernier pic : le soum de la Haougade (2h20 - 2419 m)
    Il forme ensuite une arête rocheuse horizontale, mais un peu plus accidentée, que nous évitons en redescendant de 4 ou 5 mètres. Un fois l'arête passée on arrive à une brèche à peine marquée, d'où l'on descend dans la pente herbeuse pour rejoindre la trace mentionnée précédemment et que l'on voit en dessous de nous. On gagne ensuite facilement le large col de la Haougade (2h30 - 2311 m)

    Retour au Pont d'Espagne - 2h45 arrêts compris.
    Du col de la Haougade, on remonte au Sud, en courts lacets, pour rejoindre le col supérieur (2378 m) en un petit quart d'heure.

    1024 x 459 (180 K)

    1100 x 400 (193 K)
    On va voir sur le côté droit du col pour s'offrir un dernier coup d'oeil sur le lac d'Ilhéou, et l'on repart vers le Sud. Le chemin descend assez peu, et l'on traverse très vite (200 m après le col, environ) une première coulée d'éboulis. Une alternative se présente :
  • continuer sur le chemin, qui longe l'arête descendant des aiguilles de Castet Abarca, et rejoindre le chemin du circuit des lacs vers 2200 m, au dessus du lac supérieur de l'Embarrat (je l'ai fait une fois, il y a bien longtemps)
  • Descendre dans la coulée d'éboulis pour rejoindre le même chemin plus bas, vers 1980 m, à l'entrée d'un petit cirque, sous le premier lac de l'Embarrat
  • Nous avons choisi la seconde option.
    Nous descendons dans l'herbe, le long de la coulée d'éboulis, pour rejoindre une cuvette composée d'un chaos de gros blocs, que nous traversons laborieusement grâce aux cairns, avant de retrouver enfin une sente assez bien marquée qui poursuit dans une végétation parfois peu commode, puis plus agréablement dans la pelouse. On traverse un petit ruisseau (0h30 environ), et l'on rattrape le chemin du circuit des lacs (qui descend du lac du Pourtet) en 0h45 environ.

    Le large chemin du Parc National rejoint facilement le fond du plateau de Cayan en 0h45, d'où l'on retourne au Pont d'Espagne en 0h50 supplémentaire.


    Remarques diverses et conseils éventuels
    Je dois d'avoir fait cette magnifique randonnée au très bon livre de Jean Dalavat : Le Marcadau insolite, où cet itinéraire est décrit.